Val-David et la consultation publique

CE QUE NOUS SAVONS

Qu’est ce qu’un PPU

« Le programme particulier d’urbanisme (PPU) est une composante du plan d’urbanisme. Le plan d’urbanisme réfère à la planification de l’ensemble du territoire municipal tandis que le PPU permet d’apporter plus de précisions quant à la planification de certains secteurs qui suscitent une attention toute particulière de la part du conseil municipal. Il peut s’agir, par exemple, du développement d’un nouveau secteur résidentiel, industriel ou d’un centre-ville ». (Ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH) – Aménagement du territoire)

Un PPU donne de la latitude d’intervention à une municipalité. Il peut comprendre une affectation détaillée du sol, déterminer la densité de construction permise. Il peut préciser les équipements communautaires à construire, déterminer les usages commerciaux autorisés, la nécessité d’un aménagement paysager, le tracé des liens piétonniers, les critères d’implantation des bâtiments, des stationnements, etc. (Indications provenant du même site du MAMH).

Les constats de situation et les intentions incluses dans le PPU du Cœur villageois (2016), particulièrement ceux qui concernent la partie Est du village sont utiles pour penser le PPU du secteur de la Sapinière.

Par contre, nous estimons nécessaire d’obtenir un bilan de ce PPU sur ce secteur et sur d’autres aspects de la situation actuelle qui sont identifiés plus bas, tant dans le cœur villageois et qu’autour de la Sapinière, car nous n’en avons qu’une vue très partielle.

CE QUE NOUS NE SAVONS PAS

La situation conflictuelle entre la Municipalité et la propriétaire de la Sapinière complique la production et la diffusion d’informations, pourtant nécessaires sur le projet du SPA et même sur celui de l’école nouvelle. Par ailleurs, ce qui suit devrait être disponible.

Suivis du PPU de 2016:

– Un bilan des réalisations qui ont suivi l’adoption du PPU serait nécessaire pour apprécier la situation actuelle à proximité de la limite de ce PPU (2016) et du PPU projeté

– Les projets découlant du PPU et déjà inscrits au PTI devraient aussi faire partie de ce bilan

– Les investissements consentis pour les réalisations et la prévision pour les projets inscrits au PTI

– Les types de professionnels mis à contribution pour leur réalisation, dont les architectes paysagistes

– La situation règlementaire : ce qui est permis de plein droit actuellement et les exigences particulières (si existantes):

  • sur la propriété actuelle de la Sapinière
  • sur le territoire d’interface entre le parc et les lots depuis l’ex-site de la scierie BMR et la rue du Lac (en somme le pourtour sud-ouest du parc régional, un arc d’environ 3 km de longueur)

-L’état des lieux en matière d’établissements : services, lieux de création de culture et de plein air, de même que les éléments du Patrimoine et le type de reconnaissance et protection dont ils jouissent

  • sur le site de la Sapinière
  • sur la bordure sud-ouest du parc régional

-Le rapport de consultation de la Municipalité auprès des gens d’affaires de Val-David.

 QUELQUES PRÉOCCUPATIONS ET QUESTIONS

 La consultation et sa pratique à Val-David

Maintenant…

Malgré le choix de la Municipalité d’exclure les questions reliées aux projets de SPA et de la nouvelle école, nous pensons que ces sujets doivent aussi être abordés dans la consultation sur le PPU. Puisqu’à notre avis, rien n’est totalement acquis. Et surtout parce que les citoyens de Val-David veulent que leur municipalité exerce en leur nom leur droit de regard et son leadership sur tout le développement du territoire. Ils appuieront toute initiative à ce propos, comme ils l’ont fait pour le maintien à Val-David de la totalité des classes de l’école.

La préservation des falaises, les vues sur la montagne et les parois d’escalade doivent faire partie de la consultation, de près comme depuis les artères d’importance qui balisent le village.

Tout comme devraient être discutées des questions sur les meilleures pratiques pour intégrer des projets innovants compatibles avec le Parc. Pensons à des projets en plein air du genre, école d’escalade, centre de location d’équipements de plein air, lieux dédiés à des activités d’interprétation animées par les organismes communautaires, etc

…Et le plus tôt possible 

La question du type de vocation touristique que Val-David devrait faire sienne doit faire l’objet d’un débat plus large, mais tout aussi urgent. Un débat théorique et aussi très pratique à traduire en orientations, projets et règlements. Le paysage de Val-David est un de nos biens les plus précieux. Jusqu’à maintenant, on ne lui a pas accordé l’attention qu’il mérite. Ce chantier doit être mis en œuvre avec la collaboration de tous.