Parc au coeur du village

CE QUE NOUS SAVONS

  • Les parcs régionaux du Québec sont des milieux naturels qui ont été préservés à des fins récréotouristiques pour donner suite à des actions citoyennes, c’est-à-dire une initiative concertée de citoyens d’une région, voire d’une localité, qui ont à cœur un milieu naturel et dont la volonté est de protéger ces milieux contre un développement massif immobilier ou l’exploitation industrielle (coupe forestière, carrière, …) et pour des fins de sports de plein air. 
  • Le parc régional de Val-David fait partie de ces lieux. Il est le berceau de l’escalade au Québec et c’est par une volonté ferme de ses résidents que l’ensemble des parois qui surplombent le village fut donc protégé.  La réappropriation des terrains du secteur de La Sapinière permet une accessibilité intéressante et facilitante aux amateurs des sports de grimpe, de vélo et de glisse.  
  • Ce paysage naturel du massif montagneux forge l’identité de Val-David depuis sa création.  Le secteur qui abritait le très réputé Hôtel La Sapinière mettait en valeur ce paysage majestueux qui fait figure de proue de notre village.  Plusieurs touristes, villégiateurs et résidents fréquentent annuellement ce haut lieu naturel.  Sa situation géographique par la proximité du Parc en fait un lieu stratégique pour le futur développement du secteur.
  • Le parc à lui seul accueille annuellement près de 100 000 jours visites et pour une majorité de citoyens, c’est un des lieux de prédilection de leurs sports de plein air.  Les parcs régionaux sont des lieux de pratique de proximité et contribuent à un mode de vie physiquement actif pour la population québécoise.  D’ailleurs le parc régional répond aux stratégies gouvernementales de développement durable et de l’occupation et de la vitalité du territoire.  Il est un vecteur fort du développement économique touristique du village.
  • Plein air Val-David (autrefois nommé le Club de plein air de Val-David) a comme mission de favoriser l’accès aux espaces naturels et aux activités de plein air.
  • Depuis plusieurs années, ayant le statut d’organisme de charité, Plein Air Val-David (et son sous-comité du même nom) travaille à l’acquisition de terrains grâce à des subventions et à des donateurs. Ces terrains, en bordure du parc régional, sont ensuite donnés à la municipalité dans le but de les préserver et de les annexer au parc.
  • Sur une partie du secteur de La Sapinière, il y avait un droit de passage aux usagers et cette section faisait partie intégrante du territoire du parc Régional. Depuis la fin de l’entente avec la propriétaire du site, c’est plus de 5 kilomètres de pistes de ski de fond et de vélo de montagne qui ne sont plus accessibles. Vous pourrez le constater sur la carte en annexe. 
  • Les parcs régionaux contribuent au bien-être et à la santé de notre population et sont un investissement dans le capital santé de nos citoyens, d’ailleurs notre Premier Ministre a pris la décision, malgré le confinement dû à la pandémie, de laisser ouverts les parcs régionaux afin de contribuer au maintien de la santé des québécois.
  • Selon une étude sur les retombées économiques du tourisme de nature, pour 1$ dépensé en activité, plus de 9$ sont dépensés en hébergement, transport et restauration. Les parcs régionaux contribuent à générer plusieurs retombées économiques dans les localités et régions du Québec.
  • Nous savons que selon les tendances de développement touristique, l’amalgame d’un séjour nature avec les sites de spa est très compatible.
  • La mise en réserve du lot de la Sapinière pour l’aménagement de la futur école permettra aussi de retourner au parc régional une partie du terrain mis sous réserve pour l’école.

CE QUE NOUS NE SAVONS PAS

  • Les principaux défis qui guettent le futur secteur de la Sapinière sont l’intégration des projets et le lien avec leur vocation. Quels sont les projets auxquels la municipalité a réfléchis qui sont en lien avec le secteur de la Sapinière ? Est-ce que le développement et la construction des futurs bâtiments tiendront compte d’une intégration aux paysages entourant ce site ? Est-ce que la vue magnifique sur les falaises sera préservée afin d’éviter un développement anarchique tel que nous le retrouvons sur le site actuel des parois Molson de Saint-Sauveur ? Est-ce que la municipalité voudra tenir compte de la préservation de la zone tampon, entre le futur projet et le parc ? Tiendra-t-elle compte de l’importante de l’intégration d’un développement harmonieux avec cette section du parc régional ?
  • Est-ce que les projets ciblés éviteront une concentration de bâtiments qui pourrait nuire à l’aspect naturel du lieu ? Est-ce que les aménagements sur le site tiendront compte de la conservation des zones humides et seront intégrés au développement d’espaces aménagés pour des activités de plein air telles que la randonnée ou le vélo hors route ? Ces aménagements auront-ils une valeur ajoutée et permettront-ils de se réapproprier la partie amputée du parc ?
  • Est-ce que les aménagements et les projets ciblés permettront de conserver la mission du parc, soit de « constituer un parc de conservation qui rend disponibles ses espaces naturels à des fins récréatives quotidiennes et éducatives en assurant leur pérennité au profit des générations futures. Le Parc présente en toutes saisons des beautés naturelles et des panoramas à couper le souffle! »

QUELQUES PRÉOCCUPATIONS ET QUESTIONS

  • Pour toutes ces raisons, il nous apparait primordial que les développements choisis soient entièrement compatibles avec la vocation du Parc et en harmonie avec le magnifique paysage que nous offre la vue sur celui-ci et sur l’écosystème qui sous-tend le site de la Sapinière. Nous pourrions miser sur des projets tels qu’une école de vélo de montagne et d’escalade et un centre de location d’équipements de plein air (fat bike, skis haute-route, vélo de montagne, crampons, …) – A titre d’exemple Les palissades de Charlevoix ont su bien intégrer l’offre d’activité et d’hébergement avec la vocation du Parc régional des Palissades de Charlevoix.
  • S’il y avait une école sur le site de la Sapinière ou tout autre projet impliquant un achalandage plus local durant la semaine, qu’un stationnement de type «vert» pourrait être aménagé dans ce secteur de l’école et pourrait servir d’accès au Parc régional les fins de semaine et durant la période estivale et les congés scolaires.  Et inversement le stationnement du parc pourrait servir comme stationnement à l’école les jours de semaine.
  • Une des grandes préoccupations sera de conserver le paysage des vues ouvertes sur les fortes dénivellations et les falaises qui créent un magnifique paysage tout en contraste, entre l’horizontalité de la vallée et la verticalité des parois rocheuses des monts, d’où l’importance de préserver ces vues panoramiques. (Voir photo en Annexe)
  • Il nous apparait important que les projets développés sur le secteur de La Sapinière doivent avoir une vocation qui favorise la santé physique, le bien-être de la population et le partage de connaissances. 
  • Qu’il y ait une conservation de la forestation mature afin de conserver l’aspect naturel du site.

ANNEXE

Carte des deux lots mis en réserve par la municipalité