Une nouvelle école primaire

CE QUE NOUS SAVONS

Il y a plusieurs années déjà, la Commission scolaire des Laurentides faisait le constat d’un manque de classes dans nos écoles et donc d’un besoin important de nouvelles écoles dans les Laurentides. Étant donné sa croissance démographique et celle des municipalités avoisinantes, la municipalité de Val-David a soumis, à l’automne 2018, sa candidature à la Commission scolaire, aujourd’hui Centre de services scolaire des Laurentides (CSSL), afin de bénéficier d’une nouvelle école, candidature qui a été retenue. Ainsi, à l’été 2019, dans le cadre du Plan Québécois des infrastructures, un montant de 12 807 701 $ a été accordé par le Ministère de l’éducation et de l’enseignement supérieur (MEES) pour la construction d’une école de 14 classes. 

Lorsque le CSSL choisit une municipalité pour y construire une école, c’est la municipalité qui est tenue de fournir le terrain approprié. Le terrain de la Mairie était alors à l’étude. Cependant, à l’automne 2020, nous apprenons qu’une somme de 16 517 319 $ est ajoutée, portant l’aide financière totale à 29 325 020 $, ce qui permettra la construction d’une école primaire de 24 classes pour garder les élèves à Val-David et accueillir ceux de Val-Morin, de Ste-Lucie et une partie de ceux de Sainte-Agathe, en plus de répondre à une croissance éventuelle de la population. Cette information change alors la donne concernant le terrain donné par la municipalité puisque celui de la Mairie est désormais trop petit pour accueillir une école de cette envergure.

D’autres terrains ont aussi été évalués, par exemple le terrain de l’ancienne scierie du BMR sur la rue L’amoureux, mais ils ne répondaient pas au critère quant à la dimension. Celui-ci a une dimension de 25 000 mètres carrés et le terrain nécessaire à la construction de la nouvelle école, selon le CSSL, doit être de 40 000 mètres carrés.

La municipalité évalue donc le secteur de la Sapinière comme emplacement pour construire la nouvelle école.  Elle s’est prévalue de son droit de réserve sur une partie des terrains appartenant à la propriétaire actuelle de La Sapinière, afin de permettre au CSSL d’évaluer la faisabilité de construction d’une nouvelle école. Lors de l’assemblée du conseil municipale du 8 décembre dernier, la mairesse a mentionné que l’emplacement potentiel de l’école serait dans la clairière, approximativement vis-à-vis le # du lot 2 990 064. (Voir carte Annexe)

Cette nouvelle école devra réponde à plusieurs critères inscrit dans le Guide de la planification immobilière des établissements scolaires primaires élaboré à l’intention des professionnels, notamment de « Regrouper les locaux partagés avec la communauté dans une zone contrôlée et sécurisée » et « Implanter l’école de façon stratégique pour permettre d’envisager des agrandissements futurs ». (Voir Annexe)

Le Centre scolaire des Laurentides (CSSL) qui relève du Ministère de l’éducation et de l’enseignement supérieur (MEES), est dirigé par un CA sur lequel siège 7 administrateurs chargé d’appliquer le Guide de la planification immobilière des établissements scolaires primaires élaboré à l’intention des professionnels impliqués dans la construction et l’agrandissement d’établissements scolaires. Le CSSL est responsable de mettre en place son propre processus de consultation publique.

Concernant la question budgétaire, lors de la période de question de l’Assemblée municipale du 8 décembre 2020, la mairesse Kathy Poulin répondait aux questions des citoyens concernant les coûts inhérents l’implantation d’une nouvelle école dans le secteur de la Sapinière: « En ce qui concerne les coûts pour ce projet, le conseil municipal a fait les démarches nécessaires pour obtenir des informations et oui nous avons une idée des coûts qui seront engendrés par le projet en question de l’acquisition de cette réserve. Nous avons aussi évalué le coût de la réfection de la chaussée du chemin (…), les coûts de construction de l’aqueduc, de la piste cyclable et les services professionnels impliqués dans le dossier. On a aussi une bonne idée des nouveaux revenus générés par ce projet comme : les tenants lieu de taxes, la valeur des terrains qui vont être augmentée par la réfection du chemin et les retombées au sujet de la vitalité du village (…) les données qu’on utilise pour évaluer les coûts ne peuvent être partagés parce que le dossier est judiciarisé et ce sont des documents de travail et ce n’est pas possible de partager aucune estimation des coûts, mais le conseil est bien au fait des coûts et prend ses décisions en conséquence. Entre autres, parce qu’on sait que c’est un bon projet et qu’on a la capacité de le payer (…) »

Autre question posée: “À combien s’élèvera la compensation gouvernementale pour une nouvelle école ?

« Nous n’avons pas ce montant, mais nous pouvons estimer que la taxe résiduelle se chiffrerait entre 40 000 $ et 60 000 $».

Vous pouvez consulter en annexe les données démographiques et les événements chronologiques

CE QUE NOUS NE SAVONS PAS

  • À quel moment la décision d’aller de l’avant avec le projet de l’école sera prise et annoncée publiquement ?
  • Quelle est la date prévue de la première pelletée de terre ?
  • Comment le CSSL tient-il compte des différents enjeux physiques et environnementaux où sera construite l’école ?
  • Comment la municipalité a-t-elle été ou sera impliquée dans le projet d’aménagement du bâtiment sur le secteur de la Sapinière avec le CSSL, outre d’avoir proposé un site dans le cœur villageois et déposée un rapport sur la Consultation publique des citoyens de Val-David en 2019 ?
  • Est-ce que la Municipalité et le CSSL ont le souci de préserver la vue sur les parois du Mont-Césaire ?
  • Y- a-t-il d’autres sites qui ont fait l’objet d’études par la municipalité ?
  • Si le projet d’école voit le jour à Val-David, les citoyens seront-ils consultés par le CSSL?  Si oui, à quel moment du processus vont-ils l’être ?
  • Combien de citoyens de Val-David sont représentés sur le CA du CSSL ?
  • Le CSSL a-t-il considéré intégrer un espace pour la communauté dans l’école et à l’extérieur de l’école? Si oui quels sont les besoins transmis au CSSL par la municipalité à ce sujet ?
  • Les comités de parents de Val-David sont-ils toujours actifs auprès du CSSL ?
  • À quel moment la municipalité compte-t-elle rendre publique l’information budgétaire lié au projet?
  • Quelle valeur pédagogique le parc représente-t-il pour l’école ? Comment veut-on utiliser le site concrètement pour le plein air à l’école ? Y aura-t-il des aménagements de classes extérieures près de l’école ou dans le parc ?

QUELQUES PRÉOCCUPATIONS ET QUESTIONS

 1. Réviser le processus de consultation publique sur le PPU du Secteur de la Sapinière lors de la confirmation de la construction de l’école pour permettre à la communauté d’apporter des suggestions complémentaires au projet et permettre au CSSL d’obtenir des perspectives citoyennes (ex. considérer la Charte du paysage).

2. Que le CSSL rende accessible aux citoyens un document d’information démontrant comment elle mettra en oeuvre le Guide de planification immobilière des établissements scolaires primaires.

3. Avoir l’assurance du meilleur arrimage possible entre les planifications municipales et scolaires et « d’une conception intégrée, concertée, structurée et collaborative : «Implication, dès le début du processus de conception, des acteurs suivants: la commission scolaire, l’équipe-école, la direction, les usagers, les responsables de l’opérabilité du bâtiment, la ville, la sécurité publique, les professionnels (architecte, ingénieur civil, ingénieur en structure, ingénieur mécanique, ingénieur électrique, architecte paysagiste, acousticien dans certains cas et analyste de contrôle de coûts, etc.) »  Source:  Guide de planification immobilière établissements scolaires primaires, p39

4. Avoir des réponses aux préoccupations budgétaires des citoyens. Le rapport signale que : « Considérant que les ressources sont limitées, le budget constitue la contrainte majeure dans l’atteinte des objectifs de la construction d’une école. Bien que tous les intervenants s’entendent sur l’importance de respecter les limites budgétaires du projet, il est fréquent que celles-ci entraînent des choix difficiles en cours de conception. Il s’avère donc fondamental d’identifier toutes les données ayant une influence sur le budget et d’en faire état, et ce, préalablement avant la phase de réalisation. De plus, il est nécessaire de mettre en place des méthodes et des outils permettant de respecter les engagements financiers du projet. » Source:  Guide de planification immobilière établissements scolaires primaires, p38.

5. Que la mobilité active soit favorisée et que les accès à l’école soient réfléchis en ce sens; espace piétonnier et piste cyclable pour encourager des activités comme le programme Trottibus. (Trottibus.ca)

ANNEXE

Guide de planification immobilière des établissements scolaires primaires (2020)

http://www.education.gouv.qc.ca/fileadmin/site_web/documents/ministere/Guide-planification-immobiliere-primaire.pdf

Dans les pages 33 à 36, il y a la description des critères incontournables et des critères souhaitables en lien avec les 5 points suivants:

-Réussite éducative

-Développement durable

-École saine et sécuritaire

-École flexible, adaptative et pérenne (car appelée à devoir s’agrandir)

-Milieu de vie inclusif

Voici les critères incontournables concernant le point qui nous intéresse, soit le Milieu de vie inclusif :

-Accessibilité

-Diversité

-Emplacement et implantation

-Partage avec la communauté

-Cour d’école

Quelques extraits du Guide de planification immobilière établissements scolaires primaires du MEES en lien avec le milieu de vie intrusif (pages 28 et 29)

 « Un réseau piétonnier est incontournable pour encourager les transports actifs des élèves et du personnel. Il apparaît donc essentiel de prévoir des dispositifs appropriés pour ces modes de transport, tant en ce qui concerne l’aménagement du terrain de l’école et l’arrimage avec les infrastructures municipales que le choix du site. Les réseaux de mobilité douce doivent donc être prévus et développés à l’intérieur du projet en collaboration avec les villes. »

 « L’implantation de l’école et de son architecture doit s’intégrer au terrain, au lieu, aux gabarits, aux densités et au vocabulaire architectural des quartiers et de l’environnement singulier

« Le partage d’équipements et d’espaces entre l’école et le quartier représente une occasion pour l’école, comme pour les habitants et les usagers du quartier. L’école peut trouver dans le quartier des occasions de développer sa mission éducative, tant en termes d’espace disponible que d’apports pédagogiques. L’école ouverte sur le quartier peut aussi devenir un levier de développement urbain ».

DONNÉES DÉMOGRAPHIQUES

L’école St-Jean Baptiste est située dans la municipalité de Val-David au sein de la MRC des Laurentides. Elle dessert les familles de Val-David, Val-Morin et de Ste-Lucie-des Laurentides.

  Les personnes âgées de 65 ans ou plus constituent près du quart de la population de la MRC des Laurentides. La proportion d’aînés dans la population s’accroît de façon continue, alors que la proportion de jeunes de 0 à 17 ans est plutôt stable

. On retrouve un grand nombre de résidences secondaires. Une part importante de la population vit sous la mesure de faible revenu. Le coût du logement n’est pas assez abordable pour plusieurs ménages. Les proportions de personnes vivant seules et de familles monoparentales avec enfants de moins de 18 ans sont les plus élevées de la région.

 Source, Données démographique et économique – référence / portrait des enjeux socioéconomiques et démographiques – CISSS Laurentides, septembre 2018 

Population scolaire de Val-David

L’école Saint-Jean-Baptiste accueille les élèves de la maternelle à la 6e année dans deux pavillons. Dans le procès-verbal du conseil d’établissement de juin 2020, l’école avait 534 inscriptions pour l’année scolaire 2020-2021 et prévoyait même atteindre 540 élèves. 7 groupes au pavillon Ste-Marie pour le 1 e cycle et 17 groupes au pavillon Saint-Jean-Baptiste pour le 2ième et 3ième cycle ainsi que le préscolaire.

Il y a aussi l’école privée Imagine et l’école privée Académie Laurentienne à Val-Morin qui accueillent des élèves de Val-David.

ÉVÉNEMENTS CHRONOLOGIQUES

Avant 2018: Les besoins de classes supplémentaires étaient bien présents puisque des locaux à vocation particulière (informatique, bibliothèque) ont été sacrifiés et transformés en classe afin d’accueillir le nombre d’élèves inscrits.

2018 : l’urgence d’agir a été déclarée parce qu’il n’y avait plus assez de place dans plusieurs écoles et que la communauté s’est sentie menacée par la proposition de la Commission scolaire de déménager les 6ième année à la Polyvalente des Monts. Proposition qui a d’ailleurs été écartée suite à l’immense mobilisation des parents et des citoyens qui tenaient à maintenir les enfants à l’école du village pour tout leur parcours primaire.

7 janvier 2019 : Rassemblement à Val-David de près de 175 parents, enfants, citoyens afin d’appuyer le projet de construction d’une nouvelle école au cœur du village pour expliquer en quoi ce projet est nécessaire et porteur au-delà des frontières de Val-David.

« Val-David est à un moment décisif quant au développement de ses politiques urbanistiques, de ses infrastructures et de ses politiques environnementales », précise M. Mathieu Bouthillette, conseiller responsable du dossier. « Avec un gouvernement qui se positionne comme étant en quête d’améliorer l’efficacité, le processus et le résultat, notre projet d’école a le potentiel de devenir un modèle de collaboration. Compte tenu que nos objectifs de déplacement actif, d’immersion culturelle, de plein air et d’insertion des aînés sont directement en lien avec les engagements politiques du nouveau gouvernement, tous les éléments sont en place pour un succès retentissant pour toutes les personnes impliquées », de conclure, M. Bouthillette.  Source: site web de la municipalité, onglet Nouvelles, 7 janvier 2019

27 août 2019 : à la suite de l’annonce du choix de Val-David pour la nouvelle école, une consultation publique citoyenne est organisée par la municipalité « afin de définir les valeurs portant la construction de la nouvelle école primaire…et les aménagements à privilégier pour bénéficier au maximum des forces vives du village et ainsi favoriser son ancrage dans la communauté et l’épanouissement des élèves. » Source:  site web de la municipalité, onglet Nouvelles le 29 août 2019

Septembre 2019 : Rapport de la consultation publique de Val-David au CSSL  http://valdavid.com/static/media/uploads/documents/Municipalite/rapport_-_consultation_publique_-_nouvelle_ecole_val-david.pdf?fbclid=IwAR2-B-BBvFv-vuvIwiJjGGsijC9Zmh6MC0htKLs6sdIb8q7KolIMaRcMyDk

Emplacement prévu pour la construction de la nouvelle école